#Creatorgate : La revue PLoS ONE rétracte un article mentionnant un Créateur !

Pour rétracter une publication scientifique, il faut toujours au moins une raison valable. Le plagiat, la duplication de la publication, les conflits d’auteurs, le non-respect des règles éthiques tel que le consentement des patients sont des raisons qui peuvent amener les éditeurs des revues scientifiques, les institutions de recherche ou souvent les auteurs eux-mêmes à demander la rétraction de leurs publications.

Lorsque le 29 janvier dernier, Hervé Maisonneuve a publié dans Rédaction Médicale et Scientifique, les «10 raisons pour rétracter un article de PLOS ONE», il n’avait certainement pas imaginé que citer « un Créateur » dans un article de PLoS ONE est aussi une raison valable pour rétracter une publication. C’est pourtant ce qui est arrivé vendredi dernier.

« Hand coordination should indicate the mystery of the Creator’s invention«  (« La coordination de la main devrait révéler le mystère de l’invention du Créateur »).  

C’est la conclusion d’un article publié le 5 janvier dernier dans cette revue qui porte sur les caractéristiques biomécaniques de coordination de la main lors de la saisie des activités de la vie quotidienne. L’article a été co-signé par quatre auteurs de l’université des sciences et technologies de Wahan, Hubei en Chine. Cette publication a suscité un tollé et une série de moqueries parmi les lecteurs qui les ont rapidement amplifiés et propagés sur Twitter avec les deux mots-dièses #HandofGod et #Creatorgate .

PLoS ONE, qui s’est excusée auprès des lecteurs, a finalement décidé de rétracter l’article en question.

Nous sommes désolé pour ce débat sur le créationnisme. Notre étude n’a aucun lien avec créationnisme. L’anglais n’est pas note langue native, notre compréhension du mot « Créateur” n’est pas réellement comme les anglophones s’est attendent.», a répondu un des auteurs de l’article évoquant des problèmes linguistiques et de traduction, selon le site Retraction Watch.

Aucun problème dans les données ou la conduite de la recherche selon la revue Nature qui a également contacté un des auteurs.

Certains chercheurs estiment que cet article ne devrait pas avoir été retiré. Parmi ces chercheurs, Andrew David Thaler qui rappelle dans un article publié hier que « la rétraction d’une publication peut avoir d’énormes conséquences sur la carrière d’un scientifique et détruire un jeune chercheur ». D’autres ont même critiqué les réactions racistes de certains scientifiques qui se sont lancé dans l’ironie et ont enfermé le débat dans des différences culturels et des commentaires désagréables à l’égard des chercheurs chinois.

PLoS ONE a initialement annoncé sont intention d’examiner en priorité les préoccupations soulevées à propos de l’article et de prendre des mesures pour le corriger. La pression de nombreux internautes a accéléré la rétraction de la publication. Cette situation met l’accent sur le rôle des réseaux sociaux pour mettre la pression sur les éditeurs et influencer le processus du «peer-review».

Problèmes linguistiques ou erreurs de traduction, la revue PLoS ONE devrait avant tout améliorer son processus d’évaluation des publications scientifiques afin de le rendre plus crédible.

Print Friendly

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*